Opération « Attire d’ailes »


Vous rénovez votre logement ? Vous avez des nids d’hirondelles accrochés à votre façade ? Attention, vous ne pouvez pas faire n’importe quoi. Retour d’expérience.

Un acteur du logement social s’engage.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, je travaille comme maître d’œuvre au sein de l’association SOliHA Pas de Calais. Notre motivation est l’insertion de populations défavorisées en permettant un accès à un logement décent pour un loyer modéré. Forts de quelques centaines de logements sur le département, nous sommes en perpétuelle recherche de bâtiments à rénover. Tout cela semble simple mais il nous faut tout de même prendre garde à certaines contraintes environnementales. Lombricomposteurs, jardins ouvriers et potagers collectifs, appartement pédagogique sur les économies d’énergie, tout cela fait déjà partie de notre ADN. Un domaine pourtant n’avait pas encore été abordé : la protection de la faune sauvage. Avec l’opération « Attire d’ailes », c’est chose faite.

Analyser le bâti.

Un logement de deux étages est dans notre parc depuis de nombreuses années et nécessite un très large « lifting ».  Situé non loin du centre ville de Saint Omer, casé entre les marais de l’audomarois et le canal du haut pont, ce T6 est idéalement placé. Chauffage, isolation thermique et phonique, confort intérieur, toiture, tout est analysé en avant projet.

Enfin, presque tout. Nous sommes passés à côté d’un élément anodin à première vue. Quatre nids d’hirondelles sont logés entre le cache-moineaux et l’alimentation électrique d’Enedis sur la façade. Fort heureusement, si l’on peut dire, notre budget très serré ne nous permet pas d’intervenir sur la dite façade et nous n’y prêtons pas garde. Si comme nous, vous rénovez un logement, surveillez vos toitures et vos encadrements de fenêtres si vous voulez éviter une catastrophe. Les nids d’hirondelles sont protégés et il est interdit de les détruire intentionnellement.

Retour d’expérience

La dépose de la couverture de ce bâtiment a posé quelques soucis. Malgré l’attention portée à la sauvegarde des nichoirs, les bois d’abouts de charpente étant pourris, toute la partie avant, cache-moineaux compris, s’est désolidarisée et a entrainé l’émiettement du conglomérat de terre et de paille les rendant pratiquement inutilisables.

A tout problème, sa solution. Ici, elle s’appelle Madame Christine Dupuis. Ayant appris notre mésaventure, cette représentante de la Ligue de la Protection des Oiseaux a volé à notre secours. Après un rappel de la réglementation et des risques encourus, elle s’est très vite convaincue de notre bonne foi et nous a trouvé une solution : Poser des nids de substitution.

La première règle à respecter est bien sûr d’identifier l’espèce qui niche dans le secteur. L’hirondelle des fenêtres est facilement identifiable. Son croupion est blanc pur et contraste avec le reste du corps plus foncé. Son nid constitué de boue cimentée avec de la salive est logé sous un angle de fenêtre ou un cache-moineaux avec un simple trou comme accès, à la différence du nid de l’hirondelle rustique qui lui est carrément ouvert.

Deuxième règle : si quatre nids sont à remplacer, il faut en poser huit. Cela donne plus de chance aux volatiles de se réapproprier l’endroit.

Troisième règle : Reposer les nids dans la même orientation que celle que les hirondelles avaient choisi. En général, elles préfèrent le Sud-Est. A croire que nos protégées soient de parfaites Ch’timi car l’orientation de la façade est au Nord-Est.

Conclusion

On ne détruit jamais de nids d’hirondelles. Si toutefois cela arrivait, prenez l’initiative d’appeler votre centre de LPO locale, des solutions existent.

Le printemps arrive et nous avons hâte de savoir si les nouveaux nids vont trouver leurs locataires.

Encore merci à Madame Dupuis et à notre partenaire local qui nous a mis à disposition un ouvrier pour cette opération. Un atelier collectif regroupant tous les intervenants de la rénovation de nos logements devrait prochainement être organisé. Je m’en ferai l’écho avec, je l’espère, quelques photos de nos futurs « locataires à plumes ».

Retrouvez mes dernières photos sur Facebook et soyez le premier informé en vous abonnant à mon blog.

Information relayée par la LPO du Pas de Calais.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.