Assertions hasardeuses.


Assertions hasardeuses : mais que ce cache-t-il derrière ce titre ? Un petit tour des croyances au jardin que l’on croit dur comme fer et qui s’avèrent en réalité bien fausses.

Petit test entre amis ou collègues.

Pour frimer entre copains ou ramener sa science devant ses collègues de bureau, rien de tel qu’un petit test rapide sur les assertions qui hantent nos intellects. Une assertion hasardeuse est une proposition que l’on avance et que l’on soutient comme vraie coûte que coûte alors qu’en fait, il n’en n’est rien. N’ayez crainte, mon blog sur la biodiversité de mon jardin ne tourne pas en sujet philosophique mais je me devais de rétablir certaines vérités.

Demandez-vous comment on appelle le mâle de la grenouille ou celui de l’abeille. Vous vous réconfortez très vite dans vos certitudes lorsque vous vous rendez compte que tout le monde répond comme vous : « Évident, ce sont le crapaud et le bourdon ».

Si c’est votre cas, lisez donc ce qui suit parce que, bien sûr, vous avez tout faux.

Crapaud et grenouille

Vous l’aurez certainement compris, entre ces deux là, le mariage n’est même pas consommé. Il y a Monsieur et Madame Crapaud et Monsieur et Madame Grenouille. La différenciation entre ces deux batraciens est assez simple à observer.

Le crapaud a une peau sèche, couverte de pustules et bien épaisse alors que celle de la grenouille est lisse et visqueuse. Le premier a des pupilles horizontales alors qu’elles sont verticales chez les grenouilles.

Le crapaud est plutôt terrestre et la grenouille est le plus souvent observée en train de nager. Même leurs pontes sont différentes. Si vous voyez un amas d’œufs, il s’agit de futures grenouilles. Si les œufs sont alignés sous forme de serpentin, vous avez découvert des œufs de crapaud.

Ah, au fait : Toucher un crapaud, est-ce dangereux ? Il possède en effet des glandes venimeuses qui peuvent être dangereuses pour ses prédateurs. Un de mes chiens s’est mis en tête un jour d’en faire son déjeuner et bien mal lui en a pris. Il s’est mis à baver pendant toute une matinée. Il n’a jamais recommencé. Pas de panique pour l’homme : qui serait assez stupide pour avaler ce « charmant » amphibien ? J’en connais qui seraient prêtes à l’embrasser…

En résumé, Crapauds et Grenouilles sont différents mais tous deux utiles au jardin. Voyez donc ce couple de crapauds sur une de mes photos un temps sous-titré « bus à impérial ».

Abeilles et bourdons

Tout le monde sait qu’une colonie d’abeille possède une reproductrice : la reine. Mais qui est le reproducteur ? Le bourdon ?

Bourdon sur fleur d'hibiscusLe bourdon. Encore un ami du jardinier mal (re)connu qui cristallise sur son apparence bien des contre-vérités dont celle qui nous intéresse aujourd’hui. Il diffère bien peu de l’abeille : il se nourrit du nectar des fleurs qu’il butine sans relâche et récolte leur pollen pour nourrir ses larves. Mais point de mélange : le bourdon a sa propre reine reproductrice qui est la seule à survivre d’ailleurs à l’hiver. Triste sort pour les bourdons mâles.

La colonie d’abeilles a donc sa reine mais qui est son roi ? En fait, il y en a une ribambelle que l’on appelle ……faux-bourdon, d’où la confusion populaire. Celui-ci provient d’un œuf non fécondé de la reine et dont l’unique fonction dans la ruche est de féconder sa reine. Il y en a une multitude dans la colonie et à l’instar de son cousin, le bourdon, le pauvre faux-bourdon se fait mettre à la porte à la fin de l’automne sans aucune chance de survie.

En résumé, qui se ressemble s’assemble…sauf pour le bourdon et l’abeille.

Tous les moustiques piquent.

Le moustique est un insecte mal aimé et pourtant, il participe également à la pollinisation des plantes car il se nourrit du nectar des fleurs, comme le papillon. Toutefois, Madame moustique a besoin de sang pour nourrir ses œufs. Elle pique et suce le sang de mammifères comme l’homme bien sûr mais également celui d’oiseaux, de reptiles et même d’autres insectes. Pas de jaloux, tout le monde y passe.

En piquant ses « victimes », le moustique peut transmettre certaines maladies dont certaines sont très graves. Le nord de la France est épargné, me direz-vous. Détrompez-vous ! Le redouté moustique tigre a déjà été observé chez nous, réchauffement climatique oblige.

En résumé, si vous en avez assez de vous faire piquer, regardez attentivement le sexe du moustique avant de le zigouiller. Ce serait injuste pour l’innocent moustique mâle.

Le martin pêcheur niche sous terre.

Oiseau magnifique aux couleurs vives, bleue et rouge notamment, tout le monde identifie un martin pêcheur au premier coup d’œil malgré sa taille à peine plus grande qu’un gros moineau.

Mais le saviez-vous ? Il ne niche pas dans un arbre mais bien sous terre…et pas qu’un peu.

Le couple creuse un terrier à même les rives d’une rivière ou sur les berges d’un étang. Il peut mesurer jusqu’à 1m de longueur et est en pente vers l’eau. Au bout d’une vingtaine de jours, les sept œufs éclosent et commence le dur labeur parental. La pente du terrier a un rôle pas banal : il sert à évacuer naturellement les fientes liquides des oisillons (désolé si vous êtes à table). L’entrée est facilement repérable de par les traces mais surtout par l’odeur pestilentielle des déjections des rejetons.

En résumé, un martin pêcheur niche bien sous terre et le fait deux à trois fois par an soit plus d’une vingtaine de petits Alcénidés. Quel santé ! Un vrai étalon cet oiseau.

L’araignée pique.

Encore une contre vérité bien ancrée dans la croyance populaire. Et non, l’araignée ne pique pas. Pourquoi ? Parce qu’elle n’a pas de dard. Pas de dard mais par contre, elle a de bonnes mandibules qui lui permettent …de mordre. Demandez donc au mâle de l’épeire diadème ce qu’il pense de la « dentition » de sa dulcinée.

Nid d'epeires diademes

 

Les araignées souffrent d’une bien mauvaise réputation. Il suffit de voir la réaction de mes filles ou de mes très chères collègues pour s’en persuader. Pas de panique, Mesdames. La première réaction de cette charmante bestiole est de s’enfuir dès que vous vous en approchez. Si elle se sent coincée par un prédateur ou par la pantoufle de Madame, elle fait le mort et peut rester un long moment immobile. Si on tente de la toucher, elle se remet à fuir avec ses huit pattes à son cou. Si elle est vraiment coincée, elle tend ses pattes de devant pour tenter une ultime intimidation et peut mordre. De toute façon, notre peau est beaucoup dure pour la plupart des araignées.

En résumé, une araignée ne pique pas mais peut mordre un homme de façon toute à fait exceptionnelle. L’araignée a un rôle très important dans la nature et est signe de bonne santé dans une habitation.

Conclusion.

Les assertions hasardeuses sont légion. N’hésitez pas à me faire part de celles dont vous avez connaissance. Inscrivez-vous à mon blog pour recevoir mes articles en premier ainsi que quelques surprises. Retrouvez d’autres photos sur ma page Facebook.

Ah, au fait, toutes les photos de mon blog sont prises par moi et dans mon jardin (ou à proximité). Je réalise tous les dessins et autres croquis  avec GIMP.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.