Le compostage.


compostage1L’écogeste citoyen.

ex-paragrapheFabrication du composteur aérobie.

Avant de commencer à collecter les déchets, il faut bien entendu procéder à la fabrication du contenant : le composteur. Si vous n’êtes pas un bricoleur dans l’âme, vous trouverez aisemment ce genre d’équipement auprès de votre communauté de commune ou dans une GSB (Grande Surface de Bricolage). Nous nous sommes procuré notre premier composteur à la déchetterie de Marquise pour la somme de 25€ à l’époque. Il est en kit et fourni avec tous les systèmes de fixation nécessaires. Le petit reproche que l’on peut faire réside dans le manque d’aération entre les planches. En effet, elles sont livrées jointives, ce qui pose quelques soucis pour les non initiés notamment sur le taux d’humidité difficile à maitriser.

Qu’est-ce que l’aérobie ?

Le compostage est un des procédés de dégradation de la matière organique que l’on peut appliquer facilement aux déchets biodégradables, encore appelés déchets fermentescibles.

Le compostage est un procédé qui met en jeu divers microorganismes dans un processus aérobie, c’est-à-dire un processus qui se déroule en présence d’oxygène de l’air indispensable à la respiration des microorganismes décomposeurs : bactéries, champignons, algues, protozoaires, actinomycètes, petits invertébrés , etc. Ce sont surtout des bactéries qui opèrent le mieux la décomposition de la matière organique fermentescible par voie aérobie et à pH neutre. Au cours du processus, une part de la matière organique est respirée par les microorganismes qui rejettent du dioxyde de carbone et de l’eau. Une autre part, surtout celle qui contient des substances azotées, est recomposée en diverses molécules dont des précurseurs des acides humiques. Le compost résultant se présente comme un terreau enrichi en acides fulviques et humiques.

Quels sont les types de composteurs ?

Suivant la taille et la composition du jardin, plusieurs types de composteurs peuvent être envisagés. Il faut également prendre en compte la composition de la famille. En effet, plus il y a d’habitants, plus il y a de déchets.

Vous avez beaucoup de pelouse à tondre et malheureusement votre commune a décidé de ne plus ramasser les déchets verts, le composteur en tas est fait pour vous. Trois simples parois en bois ou en parpaings suffisent. composteur-en-tasL’avantage est qu’il est très simple à monter et coûte peu cher. Par contre, les inconvénients sont nombreux. Esthétiquement, ce n’est pas le pied ! Pratiquement, vous pouvez déverser facilement vos bacs de tondeuse mais il vous faudra retourner le compost toutes les semaines si vous ne voulez pas le voir pourrir. Ce genre de composteur n’est pas vraiment adapté à nos petits jardins.

Votre jardin possède pas mal d’arbres et une bonne partie de pelouse, vous ne savez pas quoi faire des feuilles mortes, le composteur en treillis est fait pour vous. Simple. Un grillage à petites mailles posé en forme de fût et solidement fixé au sol vous permettra facilement de composter vos végétaux.

Mais, et les déchets de cuisine dans tout ça ? Dans les deux techniques reprises ci-dessus, jeter de vieilles tartines ou des rouleaux de papier toilette est faisable mais déconseillé. Premièrement, ce n’est pas très esthétique et cela fait très vite « poubelle à ciel ouvert ». Secundo, vous risquez d’attirer toutes sortes d’indésirables notamment de petits mammifères velus chers à Walt Disney.

Le composteur cubique ou cylindrique traditionnel est conseillé composteur-cubique-prefabrique-boispour une utilisation mixte jardin/cuisine. Il peut être préfabriqué en plastique ou en bois (GDB) ou de fabrication plus artisanale, en palettes ou planches bois par exemple.

 Exemple de réalisation

Si on n’aime pas le plastique, rien de tel qu’un composteur en bois fait avec ses petites mimines. Il existe moultes tutoriels sur internet qui vous expliquent en long et en travers comment il faut s’y prendre pour obtenir le meilleur résultat possible. Ne croyez pas que cela moins cher ! Tout dépend des matériaux utilisés. Il est préférable de prendre des matériaux recyclés style palettes ou vieilles planches.

Notre premier composteur étant plein, nous avons décidé d’en fabriqueplanchesr un nouveau avec un lot de planches de coffrage en promo dans une GSB. Il nous a fallut 4 poteaux en bois que nous avons récupéré sur une vieille palette (traverses), une dizaine de planche, 2 tasseaux pour faire les glissières de la façade amovible, quelques vis avec leur visseuse et de quoi découper tout cela.

Un composteur est très simple à faire. Il ne faut que 4 côtés dont un amovible et un couvercle. Pas besoin de fond car les déchets que nous allons y mettre doivent être en contact avec le sol. Les vers de terre et autres insectes pourront ainsi accéder facilement au compost. conpost2Un élément important à prendre en compte est le taux d’humidité présent dans le compost. Les tontes de gazon et autres épluchures de légumes possèdent beaucoup d’eau et risquent de pourrir s’il n’y a pas une ventilation suffisante. Pour se faire, les planches latérales seront posées en chevron laissant ainsi un passage d’air en fonction de leurs écartements. Il faut placer une glissière en tasseau sur la partie avant. On y enfile des planches qui formeront la façade avant que l’on pourra retirer à loisir pour composteurretourner notre compost. Le couvercle est aussi important. En effet, il faut qu’il soit un minimum étanche pour éviter que la pluie anéantisse vos efforts pour aérer votre compost mais il faut qu’il soit facilement escamotable pour pouvoir jeter vos déchets facilement à l’intérieur du composteur. Nous avons opter pour l’originalité. Nous avons récupérer la toile d’un vieux trampoline que nous avons fixé sur la façade arrière et que nous étalons jusqu’à la partie avant. Les mailles sont suffisamment fines pour ne pas laisser passer l’eau mais l’air circule assez bien.

 Emplacement

Rappelez-vous, votre composteur ne doit pas avoir de fond donc il faudra privilégier une place dans le jardin ou la pelouse et non sur une terrasse ou sur une cour en cailloux. Un autre élément à prendre en compte est la température à l’intérieur de votre composteur. Non, nous n’allons pas y placer une climatisation avec sonde thermique. Les déchets, en se décomposant, produisent de la chaleur. Chaleur et humidité donnent un pourrissement des matières, ce qui n’est pas bon. Une solution simple et efficace est de placer votre composteur ……à l’ombre, tout simplement.

compostez-malin-lightQue peut-on composter ?

Rappelons tout d’abords les avantages du compostage. La réduction du volume des déchets, donc des coûts liés aux transports, ainsi qu’à l’enfouissement des ordures ménagères, et donc au poids de vos poubelles ; La réduction de la pollution que peut engendrer les déchets ; La valorisation de ces déchets pour l’enrichissement des sols ; L’utilisation d’un fertilisant de qualité et gratuit ; La préservation de votre santé et de l’environnement en évitant l’utilisation d’engrais chimiques et coûteux.

Pour réussir un bon compost, il faut réussir à trouver le bon équilibre air/eau/chaleur mais pas seulement. Les déchets que l’on va composter doivent être également avoir un équilibre carbone/azote. Il faut donc connaître la composition principale de vos déchets et ainsi respecter la règle générale : 50% azote et 50% carbone.

Éléments azotés

La tonte de vos pelouses va constituer la majorité de ces éléments surtout si vous avez un grand terrain. Les autres éléments azotés viennent de votre cuisine : marc de café, épluchures de légumes et de fruits, laitages, croutes de fromage, pain… Privilégiez donc de récolter vos déchets de table en fin de repas plutôt que de les jeter à la poubelles. C’est une gymnastique très simple à mettre en œuvre surtout si vous impliquez vos enfants.

Éléments carbonés

Filtres à café, rouleaux de papier toilettes ou d’essuie-tout, cendres de bois (froides bien sûr), sciures et copeaux de bois, papier, carton, coquilles d’œuf broyées, mouchoirs en papier mais aussi feuilles mortes et branchages forment le gros des éléments carbonés à adjoindre à votre compost.

Que faut-il éviter de mettre dans le composteur ?

Même si cela semble évident pour tout le monde, tout ne se composte pas. S’il ne vous viendrez pas à l’esprit d’y mettre du verre ou du plastique, d’autres déchets ne sont pas jeter dans votre composteur.

Si vous y déversez les cendres de votre poêle à bois, prenez garde à retirer les clous qui pourraient s’y trouver. Pour la petite histoire, ne faites pas comme un gros jean-foutre qui balance ses cendres directement dans le ruisseau et qui se fiche pas mal des clous qui pourraient blesser un gamin.

La litière du chat ou les déjections canines sont à éviter absolument car elles comportent des substances qui en se décomposant polluent votre compost, ce qui serait ballot, non ?

La viande, quelle qu’elle soit, est à éviter pour ne pas attirer des charognards ou avoir des mouches partout.

Toutes les épluchures ne sont pas bonnes à composter même si elles se décomposent très bien. C’est le cas des oignons et des agrumes. Il faut en fait les éviter car elles font fuir vers et insectes qui forment pourtant une base importante du bon compostage. Attention également aux graines de fruits ou de fleurs, vous pourriez vous retrouver avec des pieds de potirons ou de tomates qui poussent anarchiquement lorsque vous aurez étalé votre compost sur votre terrain. Un pied de potiron de 3m de longueur dans un parterre de fleurs, cela peut vite faire désordre. (ça sent le vécu !)

On n’ajoute pas de terre, de sable ou de charbon de bois dans le compost car ils ne se décomposent pas tout simplement.

Comment s’assurer d’un bon compostage ?

La taille et le volume des déchets est aussi à prendre en compte. Il faut alterner entre les gros, les fins, les grands et les petits. Bref, il faut réaliser des couches hétérogènes dans votre compost pour que l’enchevêtrement des matières créent des vides dans lesquels l’air circulent et favorise ainsi la décomposition.

Au cours du compostage, les micro-organismes ont besoin d’oxygène. Ils sont asphyxiés si l’air ne circule pas dans la masse en compostage et remplacés par d’autres produisant du méthane, puissant gaz à effet de serre, et des gaz malodorants.

Deux solutions sont à mettre en œuvre : intégrer dans le mélange en compostage des matières grossières qui permettent une aération passive permanente des déchets ; réaliser un brassage régulier (notamment au début du compostage lorsque l’activité des micro-organismes est la plus forte, puis tous les 1 à 2 mois). Pas d’inquiétude, c’est facile : une fourche et quelques minutes suffisent ! Le brassage permet non seulement de décompacter le tas et de l’aérer, mais aussi d’assurer une transformation régulière.

Le compost doit être humide (comme une éponge pressée) mais sans excès. trop d’humidité empêche l’aération, ce qui a pour conséquence de freiner le processus de compostage et de dégager des odeurs désagréables. Pas assez d’humidité : les déchets deviennent secs, les micro-organismes meurent et le processus s’arrête. Il est facile d’arroser quand le compost est trop sec. L’assécher quand il est trop humide est un peu plus difficile. On pourra l’étaler quelques heures au soleil ou le mélanger avec du
compost sec.

Bien surveiller son compost est le secret de la réussite. L’apport de déchets frais est une bonne occasion d’examiner les produits en compostage. Une observation un peu attentive permettra de déceler un excès ou un déficit d’humidité, des zones mal décomposées, des odeurs… À partir de là, les interventions sont faciles et prennent en général peu de temps.

Et voilà le résultat : resultat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.