Le verdier d’Europe.


Verdier d'europe sur mangeoire Ambleteuse Nature 2016

Enfin de retour !

Il aura fallu attendre la mi-février et les premiers froids pour l’apercevoir. Il s’est fait plutôt discret cette année mais le voilà enfin visible sur les mangeoires. Il vient en petits groupes de quatre à cinq individus à la fois et monopolise une mangeoire. Gare à celui qui s’approche !

Le bec est fort et conique, on peut aisément le classer dans la catégorie des granivores. Il écosse facilement les graines de tournesol mises à disposition. Ses plumes sont de teinte vert-olive sur le dessus et jaune sur le bord des ailes et sur le ventre. Il est très facilement reconnaissable. Remarquez que la femelle a des couleurs beaucoup moins vives.

Le verdier d’Europe mâle commence les vols nuptiaux dès le mois de mars. Pendant la saison de reproduction, il effectue des vols papillonnants en dessinant des cercles, avec des battements lents semblables à ceux des chauves-souris. Pendant ce vol, il émet continuellement son chant. Les couples formés se perchent souvent en haut des arbres, avec le mâle toujours à découvert.

Le verdier d’Europe est plutôt sédentaire, mais plusieurs dispersions ont lieu après la saison de reproduction. Les oiseaux des parties les plus au nord de l’habitat peuvent migrer vers le sud en hiver. Habituellement, ce sont les jeunes qui se déplacent, mais les adultes sont plutôt résidents dans leur habitat.

Placide d’apparence et plutôt sociable, il devient volontiers bagarreur lorsqu’il s’agit de défendre sa pitance… Les populations de Verdiers d’Europe des pays nordiques ont tendance à migrer vers le sud en hiver, mais sous nos latitudes elles sont généralement sédentaires. Sauf lorsque la neige devient trop épaisse, ou le froid trop vif : ils se déplacent alors vers des régions plus hospitalières, sans que cela ne constitue toutefois une véritable migration.

Depuis un certain temps, le nombre de Verdiers d’Europe diminue dans les zones agricoles, en raison des changements de méthodes d’agriculture. Bien que ces oiseaux se soient adaptés en fréquentant les jardins, un nombre croissant d’échec de nidification a été observé depuis vingt ans.

Un commentaire

  1. Bonjour et merci pour votre visite, je viens de parcourir votre blog et je vois que nous partageons les goûts concernant la nature… Ici à l’estuaire de la Loire, notre jardin de ville est très fréquenté par les Verdiers sur les zones de nourrissage, ils apprécient la compagnie des Chardonnerets assez présents cette année… Très bonne journée, à bientôt, Shuki

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.